Il y a quelques jours, j’ai réalisé que je n’avais encore jamais vraiment parlé de sexualité ici, ou du moins très rarement. Pourtant, c’est un sujet qui m’intéresse énormément et qui est très lié au féminisme.

Si je t’en parle aujourd’hui, c’est parce qu’hier soir j’ai terminé le livre Ainsi soit-elle de Benoîte Groult, considéré par beaucoup comme un « classique » du féminisme. Il a été publié pour la première fois en 1975, et c’est assez triste de constater que même si le contexte social et politique n’est plus tout à fait le même, son contenu est dans l’ensemble toujours d’actualité.

Dans ce livre, Benoîte Groult parle justement beaucoup de sexualité et de la manière dont pendant des siècles, les femmes ont été privées de la possibilité de jouir de leur corps, que ce soit par les pressions psychologiques, la honte qu’on les poussait à avoir de leur corps, les mutilations physiques, les obligations sociales qu’on leur imposait. Ca allait du péché orginel, à Freud pour qui le phallus était le maître du monde, à la pornographie littéraire et filmographique faite par et pour des hommes, où les femmes sont la majeure partie du temps objectifiées, humiliées, violentées (il faudra que je fasse un article pour parler de pornographie un jour). La légalisation de la contraception a été le début d’une véritable libération, de la possibilité d’avoir une vie sexuelle sans qu’elle soit forcément destinée à la reproduction.

C’était en 1975, nous sommes en 2018. Et même si les choses ont changé, on ne va pas se mentir, c’est toujours pas la totale fête du slip. La pression qui pèse sur la sexualité des femmes est toujours présente, ainsi que la honte qui va avec, à l’époque du slut shaming et du revenge porn (entre autres). S’il est en général admis que nos organes sexuels ne servent plus uniquement à la reproduction, que nous sommes libres d’avoir de multiples partenaires et de ne jamais nous marier si ça nous chante (en tout cas en France), le poids de la honte continue de peser sur la sexualité des femmes.

C’est un tabou, on en parle pas, et la gêne et la honte demeure, ce qui mène bien souvent à des vies sexuelles peu épanouissantes, voire de vraies mises en danger quand on ne nous a pas vraiment appris qu’on peut dire non, et que nos non doivent être entendus et pris en compte.

On ne nous dit pas vraiment qu’il est possible de parler de sexualité de manière décomplexée, que c’est un sujet au final totalement courant et banal puisque tout le monde ou presque l’expérimente un jour. Et surtout on ne nous dit pas qu’il est possible d’apprendre comment se faire plaisir, à expérimenter.

Du coup j’aimerais te parler du programme Osez votre intimité de Marie Anne, créatrice de @womanlyours. J’ai eu la chance de travailler un peu sur le lancement et d’échanger avec elle sur son message. Elle m’a parlé de son désir de décomplexer la sexualité, d’en parler librement sans tabou, sans censure, d’apprendre aux femmes comment découvrir leur intimité, dépasser leurs blocages, accéder au plaisir et à l’orgasme, seules et avec leur partenaire. Le tout dans un environnement safe et bienveillant.

Si je t’en parle, c’est parce que je trouve ce programme tellement important, et même d’utilité publique ! Il existe malheureusement trop peu d’initiatives de ce genre, alors que la sexualité est quelque chose qui fait partie de nos vies de femmes, qui ne devrait être ni honteux, ni tabou. .
Si tu souhaites découvrir ce programme, je t’invite à aller voir la page de présentation ici: https://womanlyours.kneo.me/c/be71ie/64482j (ceci est un lien affilié, je recevrai une commission si tu t’inscris par ce biais, sans que ça te coûte plus cher). En plus si tu t’inscris d’ici dimanche soir, tu bénéficies de 100€ offerts avec le code promo ose2018.
Et en payant en une fois, tu bénéficieras d’un mois de coaching offert avec Marie Anne !!

En tout cas, je te conseille vivement d’aller faire un tour du côté de ses articles, qui sont vraiment intéressants et instructifs. J’y ai appris plein de trucs pour ma part !

Tu peux me dire ce que tu penses de tout ça en commentaire. La sexualité féminine est quelque chose que j’aimerais bien aborder plus souvent, donc si tu as une réflexion ou expérience que tu aimerais partager, n’hésite pas !